Rapport de la présidente – Juillet 2022

Catherine Rockandel, CP3, Présidente de l’AIP2 Canada

Nous vivons une époque intéressante, et cela est particulièrement vrai pour les élu(e)s et(ou) les décideur(e)s. Le public s’attend à les voir intervenir pour atténuer les impacts des événements météorologiques extrêmes sur les infrastructures, et remédier au nombre sans cesse croissant de personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale, de pauvreté, d’itinérance, de congestion routière et d’autres problèmes complexes qui ne cessent d’augmenter.

Dans le contexte d’un gouvernement local ou d’un organisme public, les décideur(e)s fournissent une orientation au personnel en mettant en place des plans stratégiques et en définissant des objectifs et des valeurs destinés à éclairer l’élaboration de politiques et de projets. Il s’agit d’un processus complexe qui nécessite souvent la recherche de compromis. C’est à cette étape que les choses deviennent intéressantes, car les résident(e)s prennent conscience des répercussions de certains problèmes sur leur vie et de ce à quoi ils(elles) pourraient devoir renoncer pour y remédier. Les membres du public ont différentes opinions concernant le développement, les changements de zonage, les plans communautaires officiels – particulièrement s’ils touchent des communautés marginalisées – ou la densification. Pratiquement tous les changements perçus comme étant susceptibles de menacer notre qualité de vie se heurteront à une opposition. 

Les intérêts divers sont souvent accentués par des campagnes numériques coordonnées qui ont le potentiel de recentrer la conversation, faisant passer un dialogue sur les choix et les compromis à une campagne polarisante destinée à promouvoir différentes perspectives et même à attaquer les décideur(e)s à titre individuel. Cela fait en sorte que les décideur(e)s peuvent se sentir de plus en plus isolé(e)s et mis(e)s au défi de s’opposer à un plan qu’ils(elles) avaient initialement soutenu; dans certains cas, ils(elles) peuvent même être victimes d’intimidation. Les opinions divergentes ne se manifestent pas toutes sous forme de campagne de désinformation numérique coordonnée et conçue pour amplifier et propager un discours haineux, manipuler de façon systématique le discours politique ou perturber le processus décisionnel, mais il arrive parfois que cela soit le cas. 

En tant que praticien(ne)s de la participation publique, nous sommes fréquemment sollicité(e)s pour donner des conseils. Quelles stratégies trouvez-vous les plus efficaces? Quelles sont les techniques que vous avez apprises, lors des formations de l’AIP2 Canada ou par le biais des réseaux de l’organisation, et qui se sont révélées efficaces? Comment pouvons-nous convaincre les décideur(e)s d’impliquer le public et les résident(e)s tôt dans le processus – avant l’élaboration d’un plan – afin que ces personnes prennent conscience de la valeur qu’elles apportent au processus et des compromis qu’elles sont disposées à faire? Sommes-nous en mesure d’organiser des conversations communautaires pour explorer l’incidence des choix sur les autres personnes et sur le système dans son ensemble? Pouvons-nous aider les participant(e)s à voir au-delà de leurs propres intérêts et à prendre conscience de certaines choses (par exemple, « Ohhh… je contribue aux embouteillages » plutôt que « Les embouteillages font en sorte que j’arrive en retard », ou « Il est avantageux pour moi d’acheter une maison dans un quartier où les prix sont plus bas, mais le prix des logements augmente, ce qui fait en sorte que les gens qui occupaient un logement dans un sous-sol ou une maison locative moins chère devront se loger ailleurs »).

En tant que praticien(ne)s de la participation publique, nous pouvons concevoir des processus qui soulèvent ce genre de questions, explorent les compromis et aident les gens à voir au-delà de leurs propres intérêts. De plus, lorsque les gens constatent que leurs points de vue sont pris en considération, ils ont tendance à mieux accepter des politiques et des décisions qu’ils n’appuient peut-être pas entièrement. Nous faisons tous partie des problèmes auxquels nous sommes confrontés, ce qui signifie que nous avons tous un rôle à jouer dans la recherche d’une solution.

One thought on “Rapport de la présidente – Juillet 2022

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s