La recherche et la pratique dans le domaine de la P2 sont passées en mode numérique

Les résultats du sondage sur l’état de la profession réalisé en 2020 par le comité de recherche seront présentés sous forme d’informations et de graphiques fragmentés au cours des prochains mois. Voici le deuxième fragment. (Read the English version here.)

Au cours de l’été, nous vous avons présenté certains des principaux constats issus du sondage biennal de l’AIP2 sur l’état de la pratique. On y découvrait notamment que la P2 au Canada semblait être « à l’épreuve de la pandémie ». Les répondants ont identifié certains outils de participation virtuels et numériques comme étant essentiels à une résilience à la pandémie.

Lorsque nous les avons questionnés sur les répercussions de la COVID-19 sur leur pratique, nous n’avons pas été surpris d’apprendre que presque tous les répondants ont signalé une augmentation des pratiques participatives virtuelles et une diminution des activités participatives en personne. En se basant sur les réponses reçues, il semblerait que l’environnement virtuel ait empêché certains groupes de participer dans la même mesure qu’avant la pandémie, tandis que certains autres groupes ont vu leur participation facilitée (par exemple, les jeunes parents).

Moins de 12 % des répondants ont indiqué ne pas utiliser d’outils en ligne et d’outils mobiles dans le cadre de leurs pratiques de participation publique. Les sondages, les questionnaires et les enquêtes en ligne figurent parmi les outils les plus couramment utilisés; toutefois, leur prédominance par rapport à d’autres outils numériques a chuté depuis le dernier sondage, tandis que les médias sociaux tels que Facebook et Instagram et, dans une moindre mesure, les blogues et Twitter, ont progressé en tant qu’outils « de choix » parmi les praticiens de la P2. Les résultats du sondage ont démontré que les praticiens de la P2 ont su relever le défi de se tourner vers les outils en ligne, ont fait l’apprentissage de nouvelles compétences et adopté de nouvelles plateformes.

Toutefois, la complexité du domaine virtuel et numérique constitue un défi supplémentaire pour la pratique de la P2. Les répondants se sont dits préoccupés par les obstacles à la participation virtuelle auxquels sont confrontées les personnes qui n’ont pas accès à un environnement numérique, qui ne possèdent pas les compétences nécessaires pour utiliser ces outils ou qui ne sont pas à l’aise dans cet environnement. Il semble que des efforts additionnels soient requis de la part des praticiens afin de s’assurer que les groupes sous-représentés soient inclus dans les activités de mobilisation. Le fait de ne pas avoir pu compter sur la participation en personne pendant la pandémie a eu des répercussions négatives importantes, en particulier parmi les groupes difficiles à rejoindre tels que les collectivités autochtones et les agriculteurs en milieu rural. Certains praticiens ont souligné qu’il était plus difficile d’avoir des conversations significatives en ligne et de faciliter ce type de processus. D’autres ont également mentionné que les participants en général ne préfèrent pas ces outils ou ont de la difficulté à les utiliser.

Fait particulièrement préoccupant, certains répondants au sondage ont mentionné le manque d’outils et de technologies de participation comme constituant un obstacle important; en fait, ce facteur s’est vu attribuer la moyenne pondérée la plus élevée parmi les obstacles constatés, surpassant la langue, les politiques et les indicateurs significatifs (ceux qui démontrent la nécessité de mener de futures activités de participation publique). Par ailleurs, les participants ont souligné le fait que les informations techniques sont plus difficiles à présenter de façon électronique.

L’AIP2 Canada peut vous aider à atténuer les obstacles associés à la pratique de la P2 dans un environnement virtuel et en ligne, notamment en vous proposant les activités d’apprentissage suivantes :

  • Webinaire : La COVID-19 et ses répercussions sur le domaine et la pratique de la participation publique;
  • Publication du rapport de recherche commandité par l’AIP2 et rédigé par Stephanie Yates et Hugo Mimee sur la COVID-19 et ses répercussions sur le domaine et la pratique de la participation publique;
  • Mise à jour, à l’automne, du rapport de recherche de Susanna Haas Lyons sur la participation numérique, les médias sociaux et la participation publique.

Si vous souhaitez poursuivre votre parcours d’apprentissage et d’innovation et découvrir les outils virtuels et numériques qui s’offrent à vous dans le cadre de votre pratique, visitez le https://www.iap2canada.ca/IAP2-Training-Courses afin de vous inscrire aux nombreuses formations offertes pour consolider vos compétences dans le domaine de la participation numérique.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s